Le premier pas pour avoir ce que vous voulez, c’est d’avoir le courage de quitter ce que vous ne voulez plus.

Je vous retrouve pour un deuxième article concernant ma reconversion professionnelle, retrouvez le premier article ici si vous l’avez manqué !

Etape 3 : L’acceptation 

Je ne vas pas mentir, je suis passée par plusieurs étapes. « Mais qu’est ce que tu fais de ta vie Marinou, reprends toi ! essaie encore, ailleurs! ». Cette idée m’a traversé l’esprit pas mal de fois. Et si c’était moi le soucis ? Pourquoi ça ne fonctionne jamais ? Pourquoi chaque expérience s’est soldée par une déception ? Pas mal de temps j’ai assez mal vécu ce qui se passait. Comme un énorme échec. Une honte de ne pas réussir à aimer ce travail, que j’avais tant rêvé de faire toute petite, pour lequel j’ai fait de supers études. Oui mais voilà. La réalité est souvent toute autre que ce à quoi on s’attendait, ce à quoi on aspirait profondément. ET C’EST OK. J’ai fait un gros travail de réflexion pour arriver à me dire, et à penser, que ce n’est pas un échec, c’est une expérience. Et chaque expérience est bénéfique, quelqu’elle soit, aussi dure puisse-t’elle être sur le moment. Une épreuve est une leçon. Et aujourd’hui j’ai complètement accepté le fait de quitter mon travail pour faire totalement autre chose. Parce que grâce à ces six années, j’ai grandit, j’ai mûri, j’ai acquis des compétences qui me seront utiles ailleurs, peut être d’une autre manière. Tout ce qu’on apprend, ne sert jamais qu’une seule fois. Ca sert toute la vie.  

Quelqu’un que j’aime énormément m’a dit

Marine, tu as fait des études d’architecte, tu as conçu des bâtiments, et tu en as réalisé certains. Tu t’es construite, tu as construit ta base, une base solide. Maintenant, tu as envie d’autre chose, fonces, fais ce dont tu as envie, envoles toi.

Et je remercie du fond du coeur cette personne pour m’avoir dit ces mots, qui m’ont ouvert les yeux et m’ont beaucoup touché. Parce que c’est vrai ! Nous ne sommes pas forcément sensés exercer le même métier toute notre vie, nous ne sommes pas contraints de ne signer qu’un seul contrat, de travailler dans la même boîte, pour les mêmes personnes ad vitam eternam. Le changement a du bon, il est même nécessaire, car il engendre des remises en question, nous fait parfois prendre des risques, nous fait sortir de notre zone de confort. Il nous oblige à explorer, à apprendre à nouveau, à s’adapter, à s’ouvrir à d’autres horizons. L’architecture est pour moi une passion et elle le restera. Aujourd’hui je souhaite développer et approfondir d’autres domaines que j’affectionne tout particulièrement, pour en faire mon activité future, tout bientôt! 

 

Etape 4 : L’action

Après avoir tout posé sur papier, les pour/contre, avoir réfléchi profondément à ce que je m’apprêtais à faire, et avoir finalement pris ma décision, j’ai sauté le pas. Un lundi matin de juillet, j’ai demandé à voir mon patron pour lui parler de mon projet, et ait terminé en lui demandant de bien vouloir m’accorder une rupture conventionnelle. Je n’ai pas eu à me battre, il m’a écouté et a accepté ma demande. Nous avons alors discuté d’une date à laquelle je terminerais, et nous avons entamé les démarches auprès de la DIRECCTE. Au mois d’août, pendant mes congés, je recevais un mail me notifiant que ma rupture conventionnelle était acceptée et homologuée. Et une première étape vers ma nouvelle vie pro était passée !

A l’heure où je vous écris, je suis toujours dans l’entreprise, et pour encore quelques semaines. Mais ensuite, je pourrais me consacrer totalement à mes nouveaux projets. J’ai tellement hâte !

 

Et vous, avez vous vécu ce genre de situation? Comment ça s’est passé pour vous ?

 

Marine

Mon premier article juste ici 🙂